IMG_1328 copie.jpg

Robin Greco

Médiateur de chantier, 27 ans, Bordeaux

Porte Cailhau - Bordeaux

Robin, peux-tu me dire d'où tu viens ?

 

" Je suis né à Nancy, voilà pour le lieu géographique… c’est une ville très étudiante, très culturelle. J’ai grandi dans deux milieux radicalement différents… famille recomposée… On peut dire que ça m’a aidé à acquérir un certain équilibre cognitif, c’est une richesse même si ça n’a pas été vécu comme tel sur le moment. Avoir deux parents séparés depuis très très très jeune avec deux éducations radicalement différentes, ça forge le caractère, mais finalement ça m’a servi de tremplin. Comme j’ai des origines italiennes de mon père - à Nancy il y a eu énormément d’immigration italienne après guerre, donc je suis moitié-moitié et je suis la troisième génération issue de cette vague migratoire - j’en ai profité pour me déplacer à l’étranger. Je suis allé en Italie pendant un an, le but était d’y rester mais « l’employabilité » étant ce qu’elle est dans ce pays-là… 

 

J’avais le désir de découvrir cette partie de mes origines et de ma culture que je n’ai connues qu’un peu grâce à mes grands-parents qui parlaient encore le dialecte du fin fond de la campagne, que seuls les gens du troisième âge parlent… et encore… La génération de mes parents n’a pas fait l’effort de continuer à nous inculquer tout ça. Quand j’étais gamin, je me démerdais toujours avec le dictionnaire pour essayer de trouver le petit mot, pour essayer de communiquer un petit peu, et au fur à mesure des années, j’ai développé ma pratique de la langue et j’ai appris sur la culture. À 24 ans, j’ai fait le choix d’aller en Italie de manière définitive on va dire, même si au final je suis revenu en France pour des problèmes de boulot. Quand je suis revenu en France, le choix était de ne pas revenir à Nancy pour me permettre de voir autre chose. J’avais toujours eu ce petit coup de cœur pour la ville de Bordeaux et venir dans cette ville a été un vrai tremplin professionnel, mais aussi pour mes projets personnels car je suis aussi dans la musique. 

 

Avoir deux origines de pays distincts ça a des conséquences sur l’éducation et la formation d’un esprit. C’est grandir avec des valeurs familiales différentes et des manières d’appréhender certains sujets radicalement différentes. C’est particulier car du côté de ma mère, elle a très vite retrouvé un autre italien, un napolitain, le beau-père napolitain, sang chaud… je te raconte pas ! Paradoxalement, mon père, lui, n’a pas vraiment suivi ces valeurs italiennes et je le voyais très peu. Donc, c’est avec la famille du côté de ma mère et de mon beau-père que j’ai plus vu le côté italien… c’est vrai que c’est un peu un bordel ! On n’est pas non plus dans le choc culturel, car on reste dans des racines latines, c’est vraiment sur les valeurs familiales, on est dans quelque chose de très patriarcal, très famille, ce qui influe plus tard sur ton épanouissement.  En vérité, je pense que là où j’ai réussi à me démerder, c’est que j’ai réussi à trouver un équilibre avec tout ça. À l’âge de 10-12 ans, j’ai remarqué que je commençais à attraper certains réflexes qui étaient ceux de mes parents et pas vraiment moi et j’ai essayé de trouver finalement le meilleur de chaque et qui résonnait plus avec qui j’étais pour évoluer et comprendre qui je suis. 

 

La recherche d’équilibre pour moi a été ultra importante, et ça tu peux le retrouver dans tout : réussir à doser, ne pas voir tout blanc ou tout noir, etc. J’ai fait le tri dans tout et j’ai trouvé mon équilibre. Du coup même si je suis très famille, je suis très indépendant aussi ! "

Robin, peux tu me parler d’une personne que tu connais ?

 

"J'ai rencontré Jenn pour monter un projet de groupe soul funk il y a deux ans. Il faut dire qu'on est vite marqué par sa sensibilité innée pour la musique et son charisme naturel, on ne peut rester de marbre face à une personne aussi rayonnante ! Aujourd'hui je la compte parmi mes amis les plus proches et je pense qu'on devrait tous avoir une Jenn dans son entourage…! Sa vision du monde laisse rêveur... un optimisme sans faille et toujours prête pour de nouvelles rencontres, de nouvelles expériences de l'autre côté du globe... "

  • Facebook - Gris Cercle
  • Grey Instagram Icon

 © 2019 Caroline Guerin. 

Caroline
Guérin
photographer
  • Noir Facebook Icône
  • Black Instagram Icon